LES CONFECTIONS DU COSTUME - Ne plus se faire avoir

All you need to know about suit confection and never be taken for fool anymore.


A force de recevoir des clients lambdas qui m’interrogent presque systématiquement sur la différence entre un costume « sur mesure » et un costume de confection industrielle, il m’a paru presque obligatoire d’éclairer nos lecteurs sur ce sujet par le biais de cet article. Il est grand temps que l’arnaque marketing « sur-mesure » soit stoppée une fois pour toute. Il faut que chaque gentleman puisse identifier les différences de confection qui sont notables pour un œil averti et presque invisibles pour un autre qui l’est beaucoup moins.

Soyons clairs , il existe 4 typologies de costumes proposés aujourd’hui :

Prêt à Porter , Demi-mesure, petite et grande mesure.

Pour comprendre ce que recouvrent ces différentes appellations, il faut distinguer les deux étapes de la réalisation d’un vêtement : la coupe et la fabrication.



Coupe et Fabrication


COUPE - STYLE - CONFECTION : Costume - MR AFROPOLITAN


La coupe

Étape au cours de laquelle un modéliste ou un tailleur va construire les différentes parties du vêtement (le devant, le coté, le dos, la manche…) :
Prêt-à-porter : d’après des mesures standard, donc sans essayage ;
Demi-mesure et petite mesure : d’après les mesures du client avec essayage d’un modèle de base, puis un ou deux essayages ;
Grande mesure : d’après les mesures du client avec trois essayages minimum.

La fabrication

Étape au cours de laquelle des personnes ou des machines vont assembler les différentes pièces du vêtement :
Industrielle : les pièces du vêtement sont assemblées à la machine par des ouvriers. Le temps de fabrication moyen d’un costume varie de deux à quinze heures si les finitions sont réalisées à la main ;
Artisanale : les pièces du vêtement sont assemblées à la main par des techniciens (apiéceur, culottier, giletier, brodeuse). Le temps de fabrication moyen d’un costume oscille entre soixante et quatre-vingts heures.
La façon dont est coupé le vêtement et dont il est assemblé va en déterminer l’appellation OBJECTIVE correcte.

En revanche, un vêtement de prêt-à-porter fabriqué de manière artisanale peut être de meilleure qualité qu’un vêtement sur mesure ; De même, un vêtement de demi ou petite mesure peut donner plus de satisfaction au client qu’un vêtement de grande mesure (avec tout le respect que je dois à mes confrères tailleurs).

De plus, il convient d’ajouter à ces différents critères d’autres facteurs qui sont :

Le style du tailleur: La faculté qu’il aura à identifier votre morphologie et grâce à son « œil », à vous proposer le style qui vous convient. Certains tailleurs de quartier ou de province proposent des vêtements fabriqués de manière artisanale mais coupent toujours le même costume. Quel dommage…

La marque : En prêt-à-porter, le choix de la marque fait la différence. Certaines morphologies ne rentrent pas dans le standard imposé par le créateur.

Le choix du tissu: Certains tissus très fins ont un meilleur rendu en fabrication industrielle grâce à l’emploi raisonné de toiles collantes.
Le mot qui fâche est lâché : Le « thermocollant » et son cortège d’idées reçues, de costumes gaufrant à la poitrine, au roulé de col inexistant et à l’épaule gondolante.



Le Thermocollant


THERMOCOLLANT - COSTUME - MR AFROPOLITAN


Qu’est ce que le Thermocollant ?
C’est une toile (il y en a des centaines, de différents poids et de différentes qualités) que l’on fait adhérer à l’envers du tissu avec une presse à repasser.

Pourquoi l’utilise-t-on ?
Pour gagner du temps par rapport aux tailleurs qui la faisaient adhérer par des points piqués à la main (d’où les 70 heures de travail d’un costume en grande mesure)

D’où vient sa mauvaise réputation ?
Les premiers essais, dans les années 60, donnaient des résultats décevants en terme de toucher (cartonneux) et de pérennité (gaufrage sous l’effet de l’humidité ou du nettoyage)

Qu’en est-il d’aujourd’hui ?
Certains de mes confrères proposent des costumes bien thermocollés qui donnent toute satisfaction à des clients pour qui un costume se change tous les deux ans (après cette période, le costume, notamment le revers, a tendance à s’avachir).
Par opposition, un vêtement dont l’entoilage (partie se situant sur le devant de la veste entre le tissu et la doublure) est réalisé de manière artisanale (par emploi de toiles de crin, de laine et de lin) peut facilement être porté une vie entière.

Entre deux ans et une vie, il y a la fabrication semi-traditionnelle : elle combine l’emploi de toiles et de thermocollants sur les différentes parties du vêtement (le col et le revers sont entoilés mais les ourlets sont renforcés à l’aide de toiles collantes). La fabrication est réalisée à 70 % en usine et finie à l’atelier (avec, pour ceux qui le désire, des finitions faites à la main)



La Mesure


LA MESURE - DEMI OU GRANDE ? MR AFROPOLITAN


La demi- mesure (que l’on peut trouver en fabrication thermocollée, semi-traditionnelle ou artisanale), consiste à prendre les mesures du client et à lui adapter un modèle de base (gabarit ou carcasse), avec l’objectif, plus ou moins avoué, de faire le moins d’essayages (certains de mes confrères confondent livraison avec essayage) ex : SAMSON

La petite mesure (là encore, les trois fabrications existent) part aussi d’un modèle de base, mais privilégie le deuxième essayage (le costume n’est pas fini), car c’est là que client participe vraiment à l’élaboration de sa silhouette. Il peut y avoir un essayage supplémentaire avant la livraison ex : MICHAEL OHNONA

En grande mesure ( bespoke) fabrication exclusivement artisanale. Officiellement, pas de gabarit mais un patron tracé directement d’après les seules mesures du client. Trois essayages minimum sont nécessaires pour trouver la silhouette qui convient, avec une attention particulière portée aux manches et au col. Le client convaincant peut tout demander au Maître-Tailleur curieux et ouvert (OUI messieurs ça existe). ex : CIFONELLI

Maintenant que vous disposez de toutes les informations, vous n’avez plus d’excuses pour tomber dans le piège marketing d’une marque qui vous propose de vous faire un costume « sur mesure » fabriqué en trois semaines en passant sous un scanner. Faites preuve de discernement, la qualité se paye toujours et le tailleur est un artisan qui se distinguera toujours par son professionnalisme .
On a le costume que l’on mérite gentlemen !


La demi- mesure (que l’on peut trouver en fabrication thermocollée, semi-traditionnelle ou artisanale), consiste à prendre les mesures du client et à lui adapter un modèle de base (gabarit ou carcasse), avec l’objectif, plus ou moins avoué, de faire le moins d’essayages (certains de mes confrères confondent livraison avec essayage) ex : SAMSON

La petite mesure (là encore, les trois fabrications existent) part aussi d’un modèle de base, mais privilégie le deuxième essayage (le costume n’est pas fini), car c’est là que client participe vraiment à l’élaboration de sa silhouette. Il peut y avoir un essayage supplémentaire avant la livraison ex : MICHAEL OHNONA

En grande mesure ( bespoke) fabrication exclusivement artisanale. Officiellement, pas de gabarit mais un patron tracé directement d’après les seules mesures du client. Trois essayages minimum sont nécessaires pour trouver la silhouette qui convient, avec une attention particulière portée aux manches et au col. Le client convaincant peut tout demander au Maître-Tailleur curieux et ouvert (OUI messieurs ça existe). ex : CIFONELLI

Maintenant que vous disposez de toutes les informations, vous n’avez plus d’excuses pour tomber dans le piège marketing d’une marque qui vous propose de vous faire un costume « sur mesure » fabriqué en trois semaines en passant sous un scanner. Faites preuve de discernement, la qualité se paye toujours et le tailleur est un artisan qui se distinguera toujours par son professionnalisme .
On a le costume que l’on mérite gentlemen !