Rendons gloire à Dionysos en suivant ces 5 conseils pour tirer le meilleur de nos bouteilles.

Mots par Mr Paul-Marius, directeur de publication MR AFROPOLITAN

illustrations par Mr Tom Jay

Goûter le vin, comme remplir sa fiche d’imposition, on préfère le laisser aux professionnels. Franchement, la vie n’est-elle pas trop courte pour retenir toutes les étiquettes, toutes les variétés de raisins, tous ces noms pompeux franchouillards de région ? Qui a besoin qu’un expert lui dise qu’une bouteille de Petrus 1989 est supérieure à la bonne bouteille de Gandia 2016 qui est dans notre frigo ? Le savoir, c’est sûr que ça marque des points auprès de ses amis lors d’un dîner. Cependant, avec un peu de connaissances, vous saurez mieux apprécier votre Petrus et vous arriverez à distinguer ses différentes notes avec autorité.

Si vous êtes un véritable passionné, vous irez un peu plus loin que les conseils ci-dessous. Vous vous intéresserez même aux différents verres disponibles pour le servir le vin. Ceci est l’étape 0 si on veut bien savourer son vin. Même les meilleurs verres sont abordables en terme de prix, quand comparés au prix de certaines bouteilles. De plus, on distingue trois (3) types de verre principalement pour révéler les caractéristiques spéciales du vin rouge, du vin blanc et des vins pétillants/mousseux (on parle de champagne uniquement pour les vins pétillants provenant de la région française nommée : Champagne Ardenne).

Cependant, ces verres partagent tous la même caractéristique, un fond large et une tête étroite. Cette forme permet de collecter et de concentrer les arômes des vins. Les meilleurs verres à vin sont fins, pour mettre le moin possible de barrière entre vous et le vin. Les flûtes sont plus fines, pas pour apporter plus d’arômes, mais pour réveiller plus facilement les bulles.

Une fois que vous avez vos bouteilles et vos verres près, il faut les servir avec une certaine précision. Remplissez les verres au tiers de leur hauteur. En faisant ça, vous vous permettez de remuer un peu le verre sans en verser partout. Vous êtes fin près pour passer à la dégustation.

Pour vous aider à tirer le meilleur de vos bouteilles de vin, Mr Afropolitan vous propose cinq (5) points essentiels pour goûter votre vin comme un sommelier parisien professionnel.

01. REGARDER LA ROBE DU VIN

VIN_REGARDER LE VIN - MR AFROPOLITAN - TOM JAY

La vue est un sens essentiel lorsque l’on goûte un vin. En effet, sans pouvoir voir ce que nous buvons, nous sommes moins certains de pouvoir bien le juger. Même si la couleur ne révélera pas grand chose sur la qualité du vin, elle permet de connaître quand même la variété de raisin, son origine et son âge.

La première étape, après avoir servi le vin dans le verre adéquat, est de regarder à travers le verre. Vous pourrez en noter la clarté et la brillance. Penchez légèrement le verre, en direction d’une source de lumière, gardez le au niveau de vos yeux. Si le vin est plutôt éclatant, clair, cela indique qu’il est susceptible d’être sain et frais. Est-ce qu’il y a des bulles ou des sédiments au fond verre ? Les bulles sont des résidus de dioxyde de carbone provenant du processus de fermentation, ce qui donne au vin une certaine fermeté et un petit coup de fouet. Les sédiments, même si peu commun dans le vin, sont à connaître. On les retrouve généralement dans les vieux vins, et ils apportent une certaine tenue et un goût au vin. Si vous avez des cristaux de tanins et de tartre dans votre verre, vous avez la lie* de la bouteille. (Pensez à décanter votre vin.)

En faisant tourbillonner le verre, vous pouvez également avoir une idée de la teneur en alcool du vin. Les vins ayant une viscosité plus élevée ont une teneur en alcool plus élevée et adhèrent aux parois du verre. Ceux-ci sont appelés « larmes de vin ». Donc, en plus de l’indication du degré d’alcool sur la bouteille, en faisant tourbillonner votre verre, vous saurez si ce vin vous fera rapidement tourner la tête.

02. HUMER LE VIN

VIN_HUMER LE VIN - MR AFROPOLITAN - TOM JAY

Humez le vin, ne vous en privez pas, respirez dans son bouquet. Notez sa propreté et son intensité et distinguez si le vin peut être qualifié de : floral, végétal, fruité, minéral, épicé, animal, brûlé ou chimique (un que vous ne voulez sûrement pas reconnaître dans votre vin). En ayant ces termes de catégories en tête, vous serez plus enclin à être capable d’identifier les subtilités du vin dans votre verre. En effet, pour le premier bouquet, ne secouez pas votre verre. Vous sentirez alors ce qu’on appelle le premier nez, qui est bien différent de celui qui suit après l’aération du vin.

Maintenant, remuer votre verre en lui donnant un bon coup de tourbillon, vous aérez votre vin. Tenez votre verre à hauteur de votre cœur, penchez votre tête sur le verre. Inspirer profondément et lentement, pour bien sentir le bouquet du vin avant qu’il ne retombe. Le contact du vin avec l’oxygène lui permet de dégager des arômes plus complexes, francs et leur évolution reste importante. Notez la différence entre vos deux inspirations. Vous devriez trouver la seconde plus légère, et devriez noter de nouvelles notes dans le bouquet.

C’est à cette étape que vous faites parler votre imagination. Plus vous dégusterez de vin, plus vous développerez votre nez. On peut croire que cette étape est pour les autres, mais c’est simplement un manque de pratique. Nous n’avons pas exercer notre nez à reconnaître les odeurs. Pensez à sentir tout ce qui vous passe sur la main : les fruits, votre plat de Ndolè, la terre, les cailloux, les parfums. Ceci vous permettra d’élargir votre palette d’odeurs, et vous serez plus aguerri au moment d’humer votre vin.

03. PRENDRE UNE GORGÉE

VIN_GORGEE 1 - MR AFROPOLITAN - TOM JAY

Certains la prennent comme l’étape la plus importante lors d’une dégustation de vin, mais il n’en est rien. Pour passer pour un véritable connaisseur, un sommelier en somme, le plus important est d’éduquer son nez. Donc, maitrisez bien l’étape précédente, exercez votre nez. Votre nez vous donnera les “arômes” et vos papilles gustatives les saveurs.

Alors, le vin dans la bouche, ou “sur le palais” comme disent les puristes, est une sensation plus riche. En effet, la combinaison de son bouquet avec les arômes et des différentes saveurs perçues sur la langue apporte une expérience plus complexe. Les goûts primaires – texture, température, piquant – et les innombrables facettes de l’alcool, combinés, tout cela connecte un réseau de neurones plus vaste que celui orthonasal narinaire seul.

Prenez une gorgée de vin et faites de petites aspirations d’air dans votre bouche, comme si vous buviez avec une paille (pipette pour ceux qui ont grandi au Cameroun). Ceci aérera votre bouche et le vin par la même occasion. Faites tourner le vin dans votre bouche. Pour véritablement “goûter” le vin, vous devez le déplacer dans l’ensemble de votre bouche, le sentir et l’aérer, ainsi, vous en libérerez tous les arômes (principale source du goût de votre vin). Si vous ne le faites pas, vous allez rapidement sentir les limitations de vos papilles gustatives.

Ce que vous essayez de découvrir ici, c’est l’équilibre du vin – pas trop sucré, pas trop astringent**. Et au final, l’idée est de pouvoir identifier les différents attributs que vous avez relevé à l’étape deux (2).

04. RECRACHER

VIN_RECRACHER - MR AFROPOLITAN - TOM JAY

Recracher le vin ou l’avaler, c’est votre décision à vous seul. Tout dépend de la durée de votre dégustation, du nombre de bouteilles à tester, et surtout de votre capacité à supporter l’alcool. Nous savons bien que c’est la tentation de prendre une gorgée et d’avaler directement peut être forte lorsqu’on a un bon cru à portée de bouche. Malheureusement, en avalant, vous allez à peine tester le vin. Gardez le vin en bouche, jouez avec lui, qu’il parcourt toutes vos papilles gustatives, votre palais et active les capteurs odorifiques. Il faudrait que vous vous donniez le temps de penser. En étant un peu patient, vous sentirez toutes les sensations que votre vin à offrir qui vont se magnifier.

Bon, vous pouvez quand même avaler une toute petite gorgée, comme il y a d’autres capteurs olfactifs dans votre gorge. Cependant, recrachez le reste. Pour le faire, portez vos lèvres en avant et formez un petit “O” avec elles. Recrachez en faisant un jet fin, plutôt qu’une cascade. Déjà que recracher manque d’élégance, n’en rajoutons pas en faisant des grimaces et des dribbles, svp !

05. REPRENDRE UNE GORGÉE

VIN_GORGEE 2- MR AFROPOLITAN - TOM JAY

Des études récentes ont démontré que chaque être humain à un nombre de papilles gustatives différent. Certains en ont plus que d’autres… Oui, même la nature fait des discriminations. Ceux qui en ont un grand nombre sont appelés les “super-goûteurs”. Cependant, votre nombre de papilles gustatives à une incidence très limitée quand à votre capacité à être un bon sommelier, un bon goûteur. Ce qui compte n’est pas tellement votre sensibilité au vin que vous aurez en bouche, mais plutôt la façon dont vous appréciez le vin, en le faisant bien tourner votre bouche avant de l’avaler ou de le recracher. Pour tester du vin convenablement, vous n’avez pas besoin d’être un super goûteur. Ce qui est important est de lui donner la concentration nécessaire, en suivant bien les étapes précédentes.

Prenez votre prochaine gorgée, et concentrez vous cette fois sur l’intensité et les saveurs individuelles et comment chaque vin se développe dans votre bouche. Finalement, notez la fin du vin. En d’autres termes, distinguez l’équilibre entre le bouquet et le goût du vin. Vous aurez besoin de plusieurs gorgées (ou en effet plusieurs verres) pour le faire.

Pour finir, pas besoin d’être un sommelier pour savourer votre vin, tout ce qu’il vous faut une bouteille ou deux et des personnes pour le partager.

 

“Il n’y a que deux types de vin, celui que mon palet aime et les autres.”

La lie* : En œnologie (étude du vin), la lie correspond aux levures mortes (et éventuellement quelques résidus végétaux) qui sédimentent au fond du contenant à l’issue de la fermentation.

Astringent, astringente**. Se dit d’une substance qui resserre et assèche les tissus, et peut faciliter leur cicatrisation. Se dit d’un vin trop chargé en tanins et qui resserre les papilles gustatives.

Pour ne rien rater de nos articles, cliquez ici pour vous abonner à notre newsletter.