cameroun - extraordinaire - BIOROMANCE

S’il y a bien un endroit où vous vous sentirez toujours bien, c’est celui que vous appelez “home”.

Mots par Mr Paul-Marius, Directeur de publication MR AFROPOLITAN

Un an, quelle surprise… ça ne paraît pas si long depuis que je suis rentré au Cameroun le 15 janvier dernier. C’était le point culminant d’une longue réflexion de 3 ans avant d’enfin me décider. J’avoue que j’ai été un peu forcé lorsque mes convictions n’étaient plus du tout en accord avec mes actions, au point de me rendre malade. Dès le moment où j’ai posé ma démission à mon employeur de l’époque en 2016, une forte anxiété m’envahit. Je ne savais vraiment pas ce qui m’attendait une fois de retour au Cameroun. Je n’avais pas sécurisé d’emploi, mes économies étaient plutôt maigres, et je prévoyais en arrivant de passer deux semaines de vacances. (ce qui n’était pas arrivé depuis presque 2 ans.)

En rentrant, je me disais que j’allais aller passer 2 à 3 mois à Buéa, en apportant mes compétences au projet exceptionnel qu’est IYA. Malheureusement, à cette période, la “crise anglophone” battait son plein. Donc, programme annulé.

L’ANGOISSE

Je ne vous parle pas des grosses questions que se posait ma chère mère. “Mais que vas-tu faire ? Est-ce que tu pourras mettre en pratique tes connaissances en SAP ? Tu as des contacts pour trouver un emploi stable ?” Je faisais tant bien que mal ce que je pouvais pour la rassurer. En lui assurant que j’ai un plan, un projet, un rêve assez fou. Je veux travailler pour mettre en place une industrie de la mode au Cameroun ou du moins, y contribuer fortement. Que nous puissions parler business et pas seulement strass et paillettes. Dans mes plans, je me donnais six (6) mois pour bien tâter le terrain, et que si au final je perdais ma motivation (ce qui n’était pas vraiment en option), j’avais toujours l’option retour à Paris. Il fallait donc se poser la question de savoir si le bilan est positif.

LE BILAN

Un an plus tard, la réponse à cette question est un “OUI” emphatique. Un an plus tard, j’ai pu assister à des choses merveilleuses, rencontrer des personnes exceptionnelles qui font des choses grandioses, malgré un contexte camerounais loin d’être favorable à la création. J’ai pu prendre part à 2 conférences que j’ai animées, assister à un lancement de produit, être un client precious chez Orange Cameroun, travailler avec deux grandes entreprises de la place. BVS pendant un mois et demi, en charge de leur stratégie de communication. Notamment sur la campagne de lancement de leur site internet, et les premiers contenus éditoriaux, et ce, grâce à Mrs Diane Audrey Ngako. Aussi, en fin d’année, avec Les Laboratoires Biopharma, qui ont cru au potentiel d’image de marque d’un concept comme les #HEGMOMENT, j’ai pu montrer mes compétences en marketing, positionnement, et communication. J’en suis plutôt fier . De plus, au mois d’août, j’ai démontré mes compétences en stratégie marketing et communication, en plus des relations public. C’était pour le compte du deuxième opus du concept INTI par ITONDI. Un restaurant éphémère autour de la gastronomie avec le chef Dimitri Sema. Tous ces éléments m’ont permi de voir qu’il y a un véritable changement et engouement dans la recherche d’excellence, même si le quotidien n’est pas toujours évident. D’autant plus que le contexte rend les choses que l’on qualifierait de “basiques”, élémentaires, dans un pays comme la France, complètement suréalistes au Cameroun. il faut s’armer de patience (beauuuucoup de patience) et de persévérance pour les réaliser. Cela me fait penser à notre article sur la résilience que je vous invite à le lire d’ailleurs. Ceci n’empêche pas quelques irréductibles, de réaliser l’extraordinaire.

EXTRAODINAIRE TITRE - CAMEROUN

Pendant cette année écoulée, j’ai eu le privilège d’assister aux événements les plus attendus. Et ma surprise fut belle à chacun d’eux. La première fut la finale de l’élection de MISS BIOPHARMA. Non seulement la campagne en amont était une réussite, sur le plan digital mais IRL aussi, et la soirée même fut de toute beauté.

Puisqu’une image vaut mieux que mille mots, quoi de mieux qu’une vidéo pour vous faire revivre cette soirée unique.

Tout ce que je peux dire c’est : BRAVO !

La soirée était bien orchestrée, et pratiquement la totalité de la partie artistique et visuelles fut gérée par des jeunes. Le pari fut tenu. Miser sur la jeunesse s’avère la solution miracle pour sortir de la léthargie dont fait preuve notre pays. J’espère que d’autres entreprises sauront miser sur cette jeunesse qui ne demande que des opportunités pour exprimer son talent.

Puis, sur la fin d’année, nous avons eu deux événements de niveau international.

THE K-WALK

En décembre, avec le fameux : THE K-WALK !

Tous les 2 ans, le monde de la mode à les yeux braqués sur Yaoundé, pour The K-Walk de Mme Anna Ngann Yonn. Une soirée digne des défilé de Dior à la Fashion Week combiné avec une after party qui n’a rien à envier aux soirée de Jean Roch au VIP ROOM de Saint-Tropez. Tout est extrêmement bien mené. Des autres stylistes invités, aux invités qui composent l’assistance en passant par les activités annexes qui apportent leur soutien aux acteurs de la mode. Cette année, les salons de beauté étaient mis à l’honneur. Une vraie réussite.

BIOROMANCE

Puis, est venu le clou du spectacle si je puis dire. Les Laboratoires Biopharma ont lancé une nouvelle gamme de produits, des brumes pour révéler les 5 personnalités de femme qui sommeillent en elles lorsqu’elles veulent séduire, une nouvelle marque est née : BIOROMANCE.

La campagne nous invitait à “Reveal the inner you”. Puis, la soirée de l’annonce, nous avons été plongés dans l’univers de la marque, de la nouvelle gamme, avec nos cinq sens.

Parcourez les slides ci-dessous pour en découvrir plus.

Alors, une fois de plus, le bilan de l’année est très positif. Je suis ravi d’être rentré au Cameroun et de trouver un tel dynamisme, surtout de la part des jeunes. Cette nouvelle génération décomplexée dans sa majorité. Elle est prête à en découdre avec le monde entier pour montrer de quel bois elle se chauffe. Pour ma part, je continue de faire mon petit bout de chemin, et remercie toutes les personnes qui jusqu’ici m’ont fait confiance pour me confier des projets. 2018 s’annonce être une année encore plus riche, et nous allons continuer de vous offrir le meilleur ici sur Mr Afropolitan et dans notre travail quotidien à raconter de belles histoires afropolitaines.

L’histoire retrace le passé ; l’industrie s’occupe du présent, et le génie regarde l’avenir.

 

Pour ne rien rater de nos publications, cliquez ici pour vous abonner à notre newsletter.