[:en]

Personne ne doit se sentir exclu du long chemin qui mène vers l’univers du rêve.

Photos from Mr Francis Essoua, Paris

Mr Jean – Michel Basquia a été le premier peintre noir, bien que Afro-Américain, a être reconnu par ses pairs. Il était un bon ami de Mr Andy Wharol qui est toujours cité et bien connu du public. Sa mort à l’âge de 27 ans d’une overdose de cocaïne, et sa vie plutôt dissolue, lui apportait tout d’un peintre maudit comme Van Gaugh. Son génie fut reconnu réellement après sa mort. Peut être que le chiffre 27 est spécial, qu’il apporte une certaine aura.

Pour Mr Francis Essoua, nous n’allons pas attendre ses 27 ans pour lui donner tout le crédit que son art mérite. Enfant précoce, son nom d’artiste, est bien trouvé. Ce camerounais de 25 ans, arrivé en France à l’âge de 9 ans a toujours été attiré par les formes, les couleurs, qui lui permettaient de raconter des histoires, ses histoires, lointains souvenirs de son Cameroun natal. Il est déjà comparé aux plus grands, et certains disent même qu’il est l’enfant de l’union entre Mr Jean-Michel Basquiat et Mr Jon Burgerman. Quiconque se frotte à son art en sort au moins intrigué, on se questionne, on retrouve des souvenirs d’enfance, des histoires de nos grands-parents, fantastiques et humains à la fois. Nous avons voulu en savoir plus sur cet « Enfant Précoce », acteur vibrant de cette nouvelle génération d’artistes décomplexés.

MR FRANCIS ESSOUA - ENFANT PRECOCE

Belle Prosterne with Ms Stas Kalashnikov @sslaveniy © Enfant Précoce

Le processus créatif d’un artiste s’apparente beaucoup à celui d’un entrepreneur et vice-versa. Plusieurs études l’ont déjà démontré, comme celle du Dr Ian Fillis de l’université de Stearling et du professeur Ruth Rentchler de l’université Deaking en Australie. Il y a des composantes qui ressortent systématiquement : L’environnement que se construit l’artiste ou l’entrepreneur pour être réactif aux idées et les utiliser encore appelé, caisse de résonance, l’endurance, l’espace de travail et le déclencheur.

Caisse de resonance

Pour Mr Francis Essoua, son appartement tient lieu de caisse de résonance. Il peut y travailler en toute quiétude, et laisse voyager son esprit. De plus, il s’entoure d’autres personnes créatives avec lesquelles échanger, créer des synergies. On se rappelle de sa participation à la campagne de présentation de la communauté #ClassicProletarians, qui dégage une énergie à capter et à savoir utiliser. Tout ceci contribue grandement à l’émergence d’idées nouvelles, à des histoires à raconter à travers son art.

Endurance

Lorsqu’on est un jeune artiste ou un jeune entrepreneur, voulant vivre de son art, de sa passion, l’endurance devient plus qu’une qualité, mais une nécessité. Il est difficile de vivre de son art. Il faut faire des sacrifices, et être bien convaincu que l’on aime ce que l’on fait. Bien s’entourer, avec des personnes qui croient en nous et qui pourrons nous booster en cas de doute. C’est primordial pour garde le moral et continuer d’avancer.

MR FRANCIS ESSOUA - ENFANT PRECOCE - STAS WEB

Dream nature | Belle pleure & Bisous with Ms Stas Kalashnikov @sslaveniy © Enfant Précoce

Espace de travail

« Je n’ai jamais pris de cours de dessin ni de peinture, j’ai toujours laissé libre cours à mon imagination et en m’inspirant du travail de mon oncle, MALAM qui est mon guide spirituel et artistique ». Le décor est planté. On pourrait se dire que c’est le fait de baigner très tôt dans un milieu d’artistes, de créatifs qui a éveillé en lui cette volonté de se redéfinir par le dessin, la peinture. Souvent, l’inspiration peut être capricieuse, et ne pas se présenter à nous lorsqu’on l’attend. Il est important de créer les bonnes conditions, de trouver son rituel qui nous permet d’être apaisé et de laisser voyager notre inspiration. Pour Mr Francis Essoua, une retraite dans le joli village de Cazillac dans le Lot, est le terrain propice à son inspiration.

« Personne ne doit se sentir exclus du long chemin qui mene vers l univers du reve. »

Ses tableaux sont très colorés, cela n’échappe à personne. Son inspiration onirique tient sur un triptyque : amour, religion et humanité. Mr Francis Essoua me confie qu’il y a une double dimension, une double vision dans ses tableaux. On remarque tout de suite les couleurs, les yeux qui sont le reflet de l’âme, et des formes pouvant rappeler des visages aux trait négroïdes, mais en creusant un peu, il traite de différents sujets de la société, différentes émotions également. On pourrait vouloir se fier aux noms de ces œuvres, mais il nous prévient. « J’ai conscience qu’un nom peut aussi brouiller les chemins de la perception qu’on peut avoir de mon travail. J’avoue que ça me plait bien parfois de créer de fausses pistes. »
Attention donc de bien prendre le temps de ressentir son oeuvre.

MR FRANCIS ESSOUA - ENFANT PRECOCE - CREATIONS

Main blanche | Le passage © Enfant précoce

Declencheur

Après avoir trouvé sa caisse de résonance, aménager son environnement de travail, il faut un processus qui peut déclencher son inspiration. Cet élément qui fait que tout arrive de manière spontanée. Même s’il est généralement accepté que les idées sont un don, une illumination, chaque artiste a son petit rituel qui permet d’être un catalyseur d’idées, un déclencheur de créativité, d’inspiration. C’est pour cela que nous retrouvons souvent des maisons d’hôtes un peu retirée de tout pour permettre la concentration des écrivains. Un environnement propice à une certaine forme de quiétude et de méditation, pour vaincre la page blanche. Un petit rituel peut s’installer pour ces derniers: Se lever de bonne heure, prendre de profondes inspirations, petit déjeuner copieux, promenade dans les environs, avant de s’enfermer dans sa chambre, face à la fenêtre donnant sur le jardin, ouvrir son ordinateur et pianoter…

« J’ai en tête des souvenirs avec ma grand-mère au Cameroun. Elle me racontait toujours des histoires de son vécu, des histoires spirituelles, mystiques. Ses « contes » m’ont inspiré pour certains de mes tableaux. «   Le déclencheur chez Mr Francis Essoua est en majeur partie les histoires, les contes qui l’entourent. Il les raconte à sa manière et essaie de susciter des émotions différentes en chacun de nous… Ces peintures sont comme des reflets de l’âme, la présence de tous ces yeux peuvent l’attester.